Evolution des espèces et sélection naturelle ! 2/2

Evolution des espèces et sélection naturelle ! 2/2

(Source photo : http://biodiversite.mpronovost.ep.profweb.qc.ca/index.php/S%C3%A9lection_naturelle)

Nous allons dons nous intéresser à une théorie qui n’a pas été la première à être proposer, et qui a évolué : la théorie de la sélection naturelle.

Ce n’est qu’à partir du 19ème siècle que des théories concernant l’évolution des espèces ont commencé à être exprimées. En effet, les avancées des savoirs concernant les êtres vivants et l’extinction des espèces, ainsi que les données géologiques ont poussées les scientifiques de l’époque à chercher d’autres théories que celles avancées par les religions jusque là.
Le premier à formuler une théorie scientifique sur la question est Jean-Baptiste de Lamarck. Il avait compris qu’au cours des temps géologiques (sur des milliards d’années) la planète Terre avait beaucoup évolué du point de vu topographique et que les espèces, pour survivre, avaient obligatoirement du évoluer à leur tour et s’adapter à ces changements. Ce qui allait à l’encontre des théories fixistes des religions selon lesquelles Dieu avait créé des espèces parfaitement adaptées à leur environnement dès le départ et qu’elles n’avaient pas changé depuis la création du monde. Ce naturaliste français a exposé au 19ème siècle une théorie permettant d’expliquer l’évolution des espèces : le transformisme. Il avait émis l’hypothèse que les espèces vivantes s’adaptaient à leur environnement et que de ce fait leurs morphologies évoluaient. L’exemple le plus connu est celui du cou des girafes. Il expliquait que les girafes avaient allongé leur cou en l’étirant pour pouvoir accéder aux feuilles situées en haut des arbres afin de se nourrir. Et ainsi, au fur et à mesure le cou des girafes s’était allongé au fil des générations. Un individu avait allongé son cou, transmis ce caractère à ses descendants qui eux-mêmes avaient allongé le leur.

Cette théorie ne fit pas long feu, mais avait eu le mérite d’ouvrir la voie à des explications scientifiques. En effet, à la même période, un certain Charles Darwin, célèbre naturaliste anglais, publie un livre intitulé « De l’origine des espèces ». Dans ce livre, il y décrit un processus qu’il appelle « sélection naturelle » qui deviendra plus tard au 20ème siècle la théorie principale expliquant l’évolution des espèces vivantes.
En effet, inspiré par Lamarck, il considère également que les espèces évoluent par adaptation à leur environnement, mais sans le vouloir. Plus précisément, il émet la théorie selon laquelle, dans un environnement donné, il existe une certaine variabilité (morphologique, physiologique, anatomique, etc…) au sein de ces espèces. Partant du principe que ces espèces ont comme principal objectif de survivre et donc de se nourrir, il explique que c’est la capacité des ces espèces à accéder aux ressources (nourriture, eau, etc…) qui va expliquer leur évolution. Ainsi, un individu d’une espèce donnée possède une différence (anatomique, morphologique, etc…) par rapport à un autre individu de la même espèce. Si cette différence lui permet d’accéder plus facilement aux différentes ressources qui lui sont nécessaires pour survivre, alors il sera favorisé (meilleure santé, etc…) et pourra plus facilement se reproduire et donc transmettre à ses descendants sa différence. Les individus n’ayant pas cette particularité seront défavorisés et auront donc une capacité moindre de transmettre leur ADN. Ainsi, au fil des générations, sur un grand nombre d’années, La différence favorisant un meilleur accès aux ressources va être de plus en plus présente au sein de l’espèce qui aura ainsi évoluée. Donc, c’est naturellement que les particularités des individus les mieux adaptés à leur milieu de vie vont être sélectionnées.
Il publiera plus tard d’autres théories comme celle de la transmission des caractères acquis : selon lui si au cours de sa vie un individu voit sa morphologie changer par exemple, ce changement se retrouvera chez sa descendance.
Mais cette théorie sera rapidement infirmée par les différentes études sur l’hérédité et notamment les lois de Grégoire Mendel père de la génétique.

Aujourd’hui, il existe une théorie synthétique de l’évolution qui prend bien-sûr en compte la sélection naturelle pour expliquer l’évolution et l’extinction des espèces, mais également la génétique qui a beaucoup progressée au 20ème siècle.
En effet, on sait maintenant qu’au niveau de l’ADN, des modifications régulières du code génétique ont lieu : ce sont les mutations qui sont de différentes formes et qui recouvrent plusieurs mécanismes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s