Agroécologie, cycles du carbone et de l’azote (Partie 4/4)

Agroécologie, cycles du carbone et de l’azote (Partie 4/4)

(Source photo : http://cesifs.emse.fr/BULLES/BULLES-1/eau/lienseau/cycle-azote.html)

 

Maintenant intéressons-nous à la pollution. Alors ce terme est assez vaste et imprécis, nous allons donc nous attacher spécifiquement à la pollution de l’air et de l’environnement (sol et eau). En ce qui concerne la pollution de l’atmosphère, elle est liée notamment aux gaz à effet de serre, qui, en trop grande concentration, peuvent avoir des conséquences sur notre santé (d’ailleurs des études récentes ont fait le lien entre pollution atmosphérique et certains cancers). Ici, nous parlons donc de santé publique et c’est un enjeu non négligeable tant sur le plan humain qu’économique. Mais je voulais vous parler en particulier de la pollution de l’environnement par les nitrates notamment. Rappelons que la formule chimique de l’ion nitrate est NO3-. Nous voyons donc que nous allons parler ici des atomes d’azote. Leur cycle est étroitement et de plus en plus lié à l’agriculture et ce que l’on appelle les engrais. En effet, nous savons que les végétaux que nous cultivons (les légumes par exemple) sont très friands d’azote pour pousser. C’est la raison pour laquelle, l’agriculture a très vite développé des engrais pour littéralement « engraisser » les plantes afin qu’elles poussent mieux. L’apport massif d’engrais a cependant un côté un peu moins réjouissant. Le fait est que lorsque l’on apporte massivement des engrais à une culture pour favoriser sa croissance, une partie est absorbée par les plantes, mais une autre partie s’infiltre dans le sol, favorisée par la pluie, et se retrouve dans les cours d’eau. Le problème à ce niveau là est que dans les milieux aquatiques, l’apport de nitrates augmente ce que l’on appelle l’eutrophisation (un phénomène naturel). Le problème est de plusieurs natures. Tout d’abords, des études ont montré que l’augmentation de concentrations en nitrates dans les milieux aquatiques diminuait la biodiversité, autrement dit le nombre d’espèces vivantes différentes dans le milieu. Ensuite, l’apport excessif de nitrates, qui sont des nutriments, augmentait donc l’eutrophisation. Ce phénomène naturel qui se déroule sur des périodes très grandes (plusieurs centaines voir des milliers d’années) fait partie du « cycle de vie » des milieux aquatiques qui voient au fur et à mesure les sédiments (et notamment la matière organique) se déposer sur le fond. Au fil du temps ces milieux aquatiques se comblent (le niveau du fond s’élève par dépôts de sédiments) et deviennent des milieux terrestres. Ce phénomène est grandement accentué par le fait que l’apport excessif de nutriments dans l’eau fait la « joie » des algues qui s’en nourrissent et se développent très rapidement. On constate que l’oxygène de ces milieux aquatiques (lacs, rivières, etc…) diminue, et que d’une part les populations animales (poissons, etc…) ne peuvent plus y vivre, mais d’autre part que la qualité de l’eau que nous buvons devient de plus en plus mauvaise. Pour terminer sur ces 4 posts dédiés aux cycles du carbone et de l’azote, nous avons vu qu’il était important de connaître les cycles de la matière et en particulier du carbone et de l’azote afin d’améliorer nos pratiques agricoles permettant ainsi de limiter à terme nos impacts négatifs sur l’environnement qui est notre maison.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s